Sortie moto Sur le circuit du Bourbonnais

Publié le par Restoco (le Président)

Circuit Bourbonnais

 

Salut les motards !


Voici le compte rendu de ma journée piste organisée par DAFY Moto Dijon ce lundi 27 septembre 2010 :


Tout a commencé par un mail que j'ai reçu de DAFY, étant client chez eux :

Ils organisent une journée piste ouverte aux débutants comme aux plus confirmés, par groupe de niveau. Je ne connais pas la piste, à part une brève initiation à Prenois il y a deux ans... Ma 1300 FJR a besoin d'être décrassée !

Je dois donc sauter sur l'occasion, moi qui souhaite connaitre enfin la sensation de vitesse que l'on rencontre au dessus de 130 km/h !

Un coup de téléphone pour réserver ma place, un allez-retour pour remplir les papiers et payer mon inscription à Dijon, et me voilà booké dans la série des débutants !

Vu le temps de trajet pour me rendre sur le circuit (presque 3 heures de route), et l'heure matinale du rendez-vous (7h45), je décide de partir la veille et de dormir à l'hôtel pour être frais et dispo le moment venu.

Je prends donc la route le dimanche à 20h00 et parcours de petites routes buccoliques, étant donné que j'avais oublié de dire à mon GPS que pour une fois je voulais bien prendre les autoroutes et routes à péage.

Je suis arrivé à l'hotel Formule 1 de Moulins à 23h00, prêt à passer une bonne nuit.

Le lendemain, réveil à 6h45, coup d'oeil par la fenêtre : les premières gouttes de pluie.
Petit déjeuner copieux pour prendre des forces, puis décollage vers le lieu de rendez-vous.

Les premiers sont déjà là, à boire des cafés en scrutant l'horizon pour guetter le retour du ciel bleu. Parmi eux peut être des gars du MOV'21 mais je suis trop nouveau sur le forum pour en reconnaitre...

Le parking se remplit petit à petit de motos, la plupart arrivées sur remorques ou dans des camionnettes.
Toutes sont des sportives, la plupart sont des motos de piste, sans rétroviseur et avec des carénages spécifiques.

Je commence à me demander si ma 1300 FJR est bien à sa place au milieu de toutes ces bêtes de concours !
Cela me fait drôle de scotcher mes optiques, clignotants et rétros comme les pros !
J'installe mes caméras pour immortaliser le moment, car je me doute bien que je ne vais pas devenir un gros pistar avec une moto pareille.
La pression monte. Je me souviens de ma dernière expérience ou je me faisais croquer de l'intérieur et de l'éxtérieur dans tous les sens par des pros, avec l'envie sans cesse d'utiliser mes rétros pour vérifier que je ne gêne pas avans de me jeter à la corde d'un virage !

A 8h30, brieffing. Présentation rapide de la piste, rappel des consignes de sécurité
("Alors pour les débutants qui n'ont jamais fait de piste, sachez que c'est comme sur l'autoroute : on ne s'y arrête pas et on ne fait jamais demi-tour").
La précision est importante, car si une truffe pensait pouvoir faire demi-tour, elle ferait une belle figure face aux furieux arrivants en face !!!

Vu les conditions météo, les plus pro décident de ne pas rouler (la peur peut être ?).

Leurs pneux slick et leurs bécanes de compétition sont sans doute trop sensibles aux pistes mouillées. Ah la mécanique de précision !

La journée qui devait être divisée en 6 cessions de 20 mn par groupes de niveaux se transforme du coup en cession piste libre pour celui qui veut, comme il veut, quand il veut.

Et moi, je veux ! Alors j'y vais.

Il faut dire qu'entre ceux qui ne sont pas venus et ceux qui ne veulent pas rouler, on ne se retrouve plus qu'à une vingtaine pour se partager la piste pour la journée !
Allumage de la caméra avant, allumage de la caméra arrière, et je me lance.

J'avais appris à Prenois qu'il faut faire au moins 2 tours de chauffe pour les pneux.
Il fait 10 degrés, la piste est trempée, je ne connais pas le circuit, alors je décide de faire 4 tours de chauffe, histoire de me familiariser (et de prendre confiance, car je suis pêté de trouille !).

J'accélère petit à petit, j'apprend la route, les virages, je me remémore les cours de Prenois, Freinage, entrer dans la courbe, point de corde, point de fuite, accélération délicate sur l'angle avec un sol mouillé, freinage du bout de la ligne droite avec courbe à droite alors que je pointe à 190 km/h et que je pile à 100m du virage...

Je kiffe ! Adrénaline pure en injection directe dans le coeur !

Concentration maximale, je dois même gérer ma respiration car j'ai tendance à rester en apnée tellement je me concentre. De plus, chaque expiration sous la pluie à 10°C me met de la buée sur la visière. Je me force donc à souffler vers le menton... C'est un truc à vivre, la sensation est bien plus impressionnante qu'en balades sur route ouverte, rien à voir, là c'est NO LIMITS, sans radars ni flashs.

Au fur et à mesure des tours, je prends de l'assurance, de la vitesse. J'améliore mes trajectoires, je peux accélérer plus tôt en sortie de courbe, freiner plus tard et passer les virages plus vite.

Je commence même à m'étonner de la facilité que j'ai à doubler la plupart des motards présents. On voit bien qu'ils ne sont pas en confiance sous la pluie ! Ils doivent être en tour de chauffe, c'est pas possible !

Midi, drapeau rouge pour faire quitter les motos du circuit. C'est la pause repas jusqu'à 14h00.

Une tente était montée par DAFY avec tables et bancs, mais vu le déluge, les responsables du circuit nous autorisent à manger à l'intérieur du local d'accueilau chaud et au sec.

Le repas était parfaitement organisé par Eric de chez DAFY. Charcuteries, rôti froid, salades, fromage et dessert. Parfait pour reprendre des forces pour l'après midi.

Une acalmie météo nous à fait espérer le meilleur pour la suite de la journée. Mais à 14h, reprise de la course... et reprise de la pluie !

Pas grave, je suis déjà mouillé, je ne risque plus rien. j'allume tout de même un peu les poignées chauffantes car il fait quand même froid... Quel luxe cette moto !

Je passe mon après midi sur la piste, à jouer avec des motos qui me semblaient encore hors de ma portée en début de journée.

Lors d'une pause, Eric me fait un énôôôrme compliment. Il me dit : "tu sais, par rapport aux autres, t'es loin d'être ridicule !". Ouaouh ! prend ça dans ta gueule !
Un autre vient me voir pour me complimenter sur la manière de prendre de l'angle avec une moto pareille, un autre me demande combien j'ai de chevaux dans mon moulin, un dernier se renseigne sur mes types de pneux qui se comportent si bien sous la pluie (des Michelin Pilote road 2)...

J'ai atteint le but recherché : Me mesurer à plus fort que moi, pour savoir ce que je valait. Je n'est pas la possibilité de le savoir lorsque je sors en balade en groupe, car personne ne me double jamais vu que je suis le seul à avoir la carte, et je ne roule jamais bien vite de peur de perdre un motard en route !

Je retourne un peu sur la piste après cette pause, mon égaux gonflé à bloc, mes chevilles un peu à l'étroit dans les bottes.
Je taquine une ducati et deux GSXR, dépose sur place une CBR et une autre Gex et je me dis qu'il est temps bientôt d'arrêter.
Je trouve que j'ai suffisamment flirté avec les limites depuis le matin, et 200 km au compteur sur circuit ça commence à compter.

Je ne m'écoute pas, vise à l'autre bout du circuit deux autres GSXR, et décide de les rattraper et de les fumer avant de quitter la piste. Je roule fort, je cherche les reprises d'accélération en sortie de courbe au plus tôt, je soigne mes trajectoires pour les rendre plus courtes, je négocie le S à la perfection, limite à monter sur les vibreurs pour couper au plus court, je plonge à gauche, je redresse pour plonger à droite, la flaque d'eau repérée depuis 50 tours, je remets les gaz sur l'angle, pile avec ma roue arrière dans la flaque...

Et là... je me dis que jaurais dû sortir un tour plus tôt !

La moto patine en accélérant dans la flaque d'eau, va pour se coucher sur son flan droit. Je me prépare au choc et à la glissade, mais le pneu raccroche brusquement à la sortie de la (putain de) flaque, redresse la moto d'un coup, qui m'éjecte violamment par dessus à gauche pour me faire tomber lourdement sur la hanche et le dos. La FJR glisse et se rabote le flan gauche, moi je me rabote la hanche, le dos et les épaules. Ma tête casquée heurte violamment la piste et je fini ma course assis en bord de piste à me demander si c'est bien vrai ce qui vient de se passer !

J'essaye de me relever, mais me rassois immédiatement, encore sonné par le choc à la tête.

Une seconde après je reprends mes esprits, vois ma moto couchée au milieu de la piste, repère des motards au loin qui arrivent. Je me dépêche de récupérer et de redresser ma "belle", je la pose en bord de piste, je cours récupérer les débris dangereux pour les autres motards, repère que les feux et drapeaux sont au rouge... Et m'en veut de leur gâcher leur cession !

(C'est fou ce que 308 kg sont légers à relever lorsqu'on à un mélange de colère et de honte ! On à tous connu ça au moins un fois !!!)

Quelques secondes après arrivent les secours avec la camionnette prête à évacuer ma moto.

Mais j'ai ma fièreté ! Je suis rentré sur piste avec elle, j'insiste pour ressortir avec elle !

Elle redémarre au quart de tour, et semble bien vouloir rouler. La direction est dure et un peu bloquée, mais à 5 km/h c'est pas gênant jusque dans les stands.

Je suis attendu pas tous qui veulent vérifier si je ne suis pas blessé et qui veulent voir les dégats de ma Titine.

Cetains prennent des photos, d'autres filment. Je ne leur en veut pas, j'ai fait la même chose à Prenois quand quelqu'un avait chuté !

Eric vient m'aider à faire le point des dégats. Sympa de trouver de l'aide et du réconfort. Je suis une bille en mécanique, alors j'ai rien contre un coup de main.
Le gros choc sur le flan gauche m'a enfoncé le carénage et me bloque la direction. On redresse, on force, on démonte l'inutile et le branlant, on scotche le reste pour me permettre de reprendre ma moto pour rentrer à la maison tout à l'heure avec 3 heures de route.

Carénage mort, sélecteur de vitesse rapé, comme les béquilles latérales et centrales et le pot d'échappement.

Bulle explosée, rétroviseur gauche arraché... Cela va me couter un bras et un oeil chez Yamaha !

Ma figure libre à mit un coup d'arrêt à la journée piste. Il est 17h15, tout le monde remballe et recharge sa moto sur remorque ou camionnette. Dommage. Désolé.

Un pompier volontaire s'inquiète de me voir reprendre la route à moto, tout seul. Je n'ai pas le choix, j'irais doucement.

Le retour se passe tranquillou ! Pas facile de rouler en roadster 1300 FJR Naked quand on est pas habitué, qu'il pleut, qu'il fait froid, que les poignées chauffantes ne marchent plus, qu'on à la hanche mâchée et le dos en compote, sans parler des cervicales bloquées et du rétro de gauche qui manque !!! bequille

J'y suis allé tranquille, et j'ai fait des pauses sur la route. Plus le temps passait et plus mes muscles douloureux se réveillaient.

Lors d'une pause dans un café pour me réchauffer, j'ai prévenu ma femme de mon retour et de mon exploit pour que la surprise soit moins forte à l'arrivée. J'ai téléphoné ensuite à David, mon Beauf, pour lui dire que comme lui ma moto avait prit une claque et devait être vite réparée si je voulais participer à la balade du 16 octobre dans le Beaujolais !

...Me voilà maintenant allongé dans mon lit, en arrêt de travail pour 3 jours car je ne peux plus faire le moindre mouvement sans qu'il ne m'arrache un cri de douleur.
Cela me donne du temps pour trainer sur le forum, et lâcher un petit compte rendu, sans prétention, d'un puceau du circuit dépucelé avec une moto pas du tout faite pour !

En conclusion, je dois me rendre à l'évidence : La moto c'est vraiment une passion.
Je n'ai qu'une hâte, c'est de réparer ma FJR pour être prêt pour la prochaine sortie de mon club dans 18 jours, et je n'ai qu'un souhait... C'est de retourner sur circuit au plus vite ! (lui il est vraiment ravagé !).

Je me tiens à votre disposition pour signer des autographes, car je pense qu'en artistique la note était bonne, même si en technique je peux faire mieux !

Les photos seront en ligne dès le 29 septembre. A bientôt !

Restoco

 
 
Observez la cascade du pilote dans les reflets des compteurs, en fin de ralenti.
Note technique : 2/10, note artistique : 9.5/10
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

emilie 17/10/2010 17:08



je viens seulement de voir ton message, ca me touche beaucoup, j'accepte volontier de venir avec vous, enfin quand les deux motos seront réparés et quand il n'y auras plus de pénurie d'essence!!!
mdr mais le choix est dur a faire, quel est le plus stable sur sa moto???? LOL bref oui a l'avenir j'envisage de passer le permis gros cube!!! en tous cas merci beaucoup et a
bientot!                        bizzzz.....



bourdeaux david 04/10/2010 20:51



salut bof ,j espère que les muscles vont bien pour la prochaine balade est ce que emilie na pas ete dur avec toi ? il faut l' emmenée a la prochaine balade!!!!!! ma 1000 CBR se fait 
faire un nouveau lifting pour les autres qui ne save pas!!!!!!! j'espère la sortir pour le16 octobre a +



Restoco (le Président) 04/10/2010 21:01



Ouaouh ! Le Beauf qui se met à internet !


Il va pleivoir des FJR !!!


Répare ta Titine, je répare la mienne, et on se retrouve sur les routes du Beaujolais le 16 octobre !


Pour Emilie pas de problème, j'ai une selle de libre pour elle...



emilie collegue a david le beauf.... 04/10/2010 17:56



franchement, c honteux,avoir une 1300 FJR et la planter comme ca!!!! pffffff!!!! mais achete toi donc une 125, c sur ca va moin vite, mais moi j'en ai une et au moin je me tape pas 2600 euro de
réparation!!!HI! HI! AMICALEMENT



Restoco (le Président) 04/10/2010 18:16



Salut Emilie !


Je sens une petite pointe de rancune dans ton post ?


Ce ne serait pas par hasard car j'ai dis que je ne voulais pas de 125 cm3 lors de mes balades ???


C'est promis, lorsque ma Titine est réparée, je t'offre ma selle passager si tu veux venir avec nous. Tu es la bienvenue !


Et si tu veux conduire, va au bout de ta passion et passe ton permis gros cube ?!?


Le beauf me parle souvent de toi (à chaque sortie moto que tu loupes et que tu te mets en colère contre moi car je fais de la ségrégation anti 125 !).


On va bien finir par se rencontrer pour une balade, à force ! Mais un conseil :


N'accepte pas d'être passagère du Beauf, car il est pas plus stable que moi en deux roues !!!


Biz



le Jurassien 02/10/2010 13:18



Alors là mon poto, je dis BONHOMME !!!!


j'en pleure tellement qu'c'est drôôôle 20dediouce !!! je m'l'enregistre et je m'là met de côôôter. merci  mon Fab d'avoir surement passé des heures de cherches et pour m'envoyer ce pure chef
d'oeuvre. Ecoute, j'me le regarde encore une fois et je vais BOSSER (oui on est samedi et c'est une météo à faire sortir une moto, mais qu'est qu'tu veux... c'est comme ça). Au printemps j'aurais
ma HD et vous allez voir les mecs !!!


BORN TO BE WILD AND THE ROAD AGAIN !!!


 


20DEDIOUCE



Restoco (le Président) 04/10/2010 21:04



Allez hop, on se la remet un petit coup, juste pour rire :


http://www.youtube.com/watch?v=Q1T9vB8ztWI


Cela me fait trop penser à un caisseux à fort accent Jurassien qui nous manque dans le groupe pour de franches rigolades...



walter cédric 02/10/2010 12:44



En note technique je te met 10/10 mai c'est vrainiveau artistique ya du progret a faire ( un roulé boulé ou deux mdr)j'ai bien fais de pas venir pck la flaque d'eau je pense que j'y aurais eu
aussi droit lol.Bon rétablissement frangin et a tres bientot ssur la piste



Restoco (le Président) 04/10/2010 18:21



Merci frangin d'avoir prit 5 mn pour fracasser ton frangin sur le blog !


Et Dieu sait que ton emploi du temps devait être pourtant chargé à 24 heures de t'envoler vers un autre hémisphère !


On ne va pas se priver de rouler pendant ton absence. Visite le blog et tu te tiendras au courant de nos sorties ?


Bon courage !